Un peu de plastique pour le repas de ce soir ?

Un peu de plastique pour le repas de ce soir ?

Un être humain ingérerait environ 5 grammes de plastique chaque semaine, soit l’équivalent de la quantité de microplastiques contenue dans une carte de crédit

Quel est le problème ? 

Mais d’où vient donc ce plastique que nous ingérons ? 

Les microplastiques sont tellement répandus dans l’environnement qu’ils arrivent en nous via notre alimentation, nos boissons, et même via l’air que nous respirons ! Bien que cette pollution soit invisible à nos yeux, sa source nous concerne toutes et tous.  

Les microplastiques absorbés par l’homme proviennent d’une part de la migration de particules des emballages plastique (films plastiques, bouteilles, barquette,…. ) vers les produits alimentaires avec lesquels ils sont en contact.

Le problème est d’autre part bien plus large puisque les microplastiques ont intégré la chaîne alimentaire à l’échelle de la planète. Sans le savoir nous contribuons à l’accumulation de microplastiques dans l’environnement à travers :
– le lavage de nos vêtements synthétiques,
– l’utilisation de cosmétiques non responsables,
– le frottement des pneus sur le bitume et
– les déchets sauvages (les plastiques qui terminent leur parcours dans la mer ou l’océan se fragmentent en minuscules particules sous l’effet du rayonnement).
Dans les trois premiers cas, les particules de plastique sont évacuées par l’eau, de lavage ou de pluie. Elles entrent dans le cycle de l’eau ou s’accumulent dans les boues de stations d’épuration, répandues ensuite dans les champs.

 

Quelles sont les solutions ?

Pour limiter la migration de plastiques vers notre alimentation, limitons simplement les emballages plastiques en achetant en vrac, en favorisant les contenants en verre ou en buvant l’eau du robinet. La migration étant accrue à plus haute température, évitons aussi de réchauffer les aliments dans du plastique !

Les bonnes pratiques pour freiner l’éparpillement des microplastiques dans nos écosystèmes et réduire la quantité que nous ingérons quotidiennement, découlent des sources identifiées ci-dessus.
Il est indispensable d’acheter des vêtements les plus naturels possibles et de privilégier la seconde main. En effet, plus le vêtement est lavé, moins il rejettera de microplastiques dans l’eau. 
L’achat de produits cosmétiques doit aussi être un point d’attention, en se renseignant et en refusant ceux qui contiennent des microplastiques. 

Le mouvement de la Slow Cosmétique prône ces pratiques, conseille les bons produits et partage ses recettes pour les plus motivés.
Ralentir l’accumulation des microplastiques dans l’environnement est aussi une question de mobilité. Limiter au maximum les trajets en voiture en penchant pour la mobilité douce, les transports en commun, le vélo, organiser du covoiturage, … sont autant de bonnes habitudes qui réduisent, en plus des émissions de gaz à effet de serre, la quantité de microplastiques que nous absorbons.
Finalement, évidemment, abandonner des déchets sauvages en pleine nature reste une pratique à bannir. 

Quelles actions puis-je faire ?

Première étape : Je bois l’eau du robinet. Elle contient deux fois moins de microplastiques que l’eau en bouteille et est tellement plus écologique et économique. Des filtres existent pour réduire encore les microplastiques ingérés via l’eau, sous forme de petites fontaines, de bâtons de charbon ou de perles en céramiques. 

Deuxième étape : Je me lance un défi zéro plastique d’un mois. On fait du tri, on réfléchit, et pendant un mois, on agit pour esquiver tous les plastiques qui essayent d’entrer dans notre vie !

Avant toute chose : Je signe la pétition du WWF pour que tous les pays s’engagent à stopper la crise des microplastiques d’ici à 2030 avec un accord global et contraignant. https://wwf.be/fr/campagnes/pollution-plastique/petition/

 

Sources :

“De la nature aux humains : jusqu’où iront les plastiques ?”, Rapport WWF, 2019 (téléchargeable ici : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2019-07/20190718_De_la_nature_aux_humains_jusquou_iront_les_plastiques-min.pdf

Autres sites de référence :
https://www.wwf.fr/sengager-ensemble/relayer-campagnes/pollution-plastique).

https://yourplasticdiet.org/sg/


Zero Waste Belgium

Zero Waste Belgium est une association bénévole qui sensibilise aux problématiques liées aux déchets et au gaspillage en Belgique. Elle propose des solutions simples et accessibles à tous (citoyens, entreprises, pouvoirs publics) pour réduire la production de déchets et diminuer notre empreinte sur l’environnement.